Super sentai, mon amour.

Toi, lecteur, lectrice, tu connais forcément les super sentai, ces séries connues chez nous sous le nom de « tu sais cette série avec les mecs ridicules multicolores qui se battent dans des gros robots en carton contre des poulpes en latex », voilà tu remets ?

C’est ça

ou bien…

Déjà sache qu’on t’a menti toute ta vie ou presque : les séries de super héros en moule-burnes ne viennent pas du pays du KFC mais bien de celui des makis mutants (il existe une exception notable, L’EXCEPTION CULTURELLE FRANÇAISE MOSSIEUR qui se nomme Jushi Sentai France Five une fantastique série amateur en 5 épisodes créee par Alex Pilot).


PARENTHESE ENCHANTEE

Si tu crois comme la majorité des gens que les Power Rangers sont toujours asiat/renoi/blanc/latino/fille/mec c’est grâce au génie de ce mec Haim Saban, qui en plus d’avoir composé tout un tas de musique de nos DA préférés, s’est dit un jour « les sentais c’est d’la bombe de balle mais avec des ricains à la place des noiches ce serait bien mieux » et le voilà à racheter le droits de tous les sentais pour garder uniquement les scènes de baston en costume, retourner toutes les scènes de « vie » quitte à en changer les histoires.

A lui le succès, les fans et les millions de cartons de toys vendus et la thune.

FIN DE LA PARENTHESE ENCHANTEE BIATCH


Alors, le sentai, c’est quoi ?

Littéralement « l’escadron de combat »

Une série avec des jeunes gens qui sauvent la terre d’une menace venant de l’espace/sous terre/sous mer/sous pierre/du passé et j’en passe qui a commencé avec Himitsu Sentai Gorenger par Ishinomori en ’75.

Ils obtiennent leurs pouvoirs de trois façons :

1/ La transmission au mérite, façon Green Lantern, la source du pouvoir trouve l’élu (qui sait automatiquement se transformer, se battre, piloter un véhicule/gros robot).

2/ Il est formé depuis tout petit à assumer son destin de héros, pour être un leader et mettre sa race au premier alien venu, sans jamais savoir qu’il sera un sentai avant de l’être (qui sait automatiquement se transformer, se battre, piloter un véhicule/gros robot)

3/ Le hasard, man, le hasard. Tu te ballades dans la rue et PAF TU DEVIENS UN SUPER HEROS. Il va sans dire que tu venais de croiser un alien et que cette poubelle t’a immédiatement fait penser à un artefact qui te permettrait de botter les culs du dit manant extraterrestre  (tu sais automatiquement te transformer, te battre, piloter un véhicule/gros robot).

Donc maintenant que tu connais le principe, sache que ta vie va TOUJOURS se dérouler de la même façon et ce pendant 50 épisodes en moyenne.

Je t’explique avec un exemple concret.

Un jour tu as un problème énorme, genre ta montre est en panne, tu arrives à la bourre tout le monde t’en veut.

Donc tu te barres de ton HQ (et pas le SHQ qui lui est secret donc) qui est un café/restau/salle de gym/boutique et là, pas de bol, tu tombes sur MonstreMontre, le monstre de la montre qui commence par te mettre une rouste monumentale.

MAIS tu as un objet magicotechnosotérique (NDR : allant des lunettes de soleil à l’action figure de soubrette qui se transforme en flingue) tu l’agites en criant un truc débile si possible genre « CHUCKONOLLISU ON » et PAF te voilà en costume coloré, en tissu le costume hein, parce que si c’est du métal ben TU T’ES TROMPÉ DE SÉRIE mec tu es dans un autre genre de tokusatsu (metal hero ou kamen rider, tu te démerdes, mais tu dégages de mon sentai, merci) et donc dans ce pyjama tu es bien plus fort/rapide/agile/swaggé.

Le monstre est un peu moins con que toi et appelle ses acolytes (masses de streums tous identiques avec un mouvement caractéristique genre marche au pas) pour te mettre ta misère, c’est le moment que choisissent tes 4 potes pour tomber sur cette baston PAR LE PLUS GRAND DES HASARDS (oui, oui, le hasard), ils se transforment, vous lattez le menu fretin, tu trouves le point faible de MonstreMontre dans un élan de génie génial « OH MON DIEU, JE ME SOUVIENS QUE J’AI FLINGUÉ MA MONTRE EN PETANT LE REMONTOIR, VIIIIIIIITEUH DÉFONÇONS SON REMONTOIR » . Le monstre meurt, vous vous congratulez.

ET LA C’EST LE DRAME.

Focus sur le toit d’un immeuble/le haut d’une falaise

Un ricanement retentit.

Celui du boss du méchant qui lui jette un sort pour faire de lui MegaMonstreMontre

Plus qu’une solution :

invoquer les parties (je te vois ricaner hein) de votre robot de combat.

Vous vous mangez une mégabranlée et tu (oui toi, le héros du jour) trouves le point faible de MonstreMontre dans un élan de génie génial « OH MON DIEU, JE ME SOUVIENS QUE J’AI FLINGUÉ MA MONTRE EN PETANT LE REMONTOIR, VIIIIIIIITEUH DÉFONÇONS SON MEGAREMONTOIR AVEC NOTRE SUPER POUVOIR ». Le monstre meurt, vous vous congratulez (sur fond d’explosion multicolore cheap).

Tu changes le nom du streum/héro/problème et tu as la trame de chacun des 50 épisodes, évidemment il y a aussi une structure narrative (sisisi) sur l’ensemble de la saison qui est aussi commune à tous les sentais.

En gros

(parce que je commence à faire long là)

1/ Quelques épisodes avec la rencontre des (généralement) 5 héros, les premières bastons, la quête des nouveaux pouvoirs

2/ Au quart de la série un nouveau héro et/ou méchant débarque et fout la merde.

3/ A un peu plus de la moitié, un drama (variable) avec en plus l’arrivée d’un nouveau robot (ou mecha, mais ça je t’expliquerai plus tard).

4/ On repart comme en 1/ puis à quelques épisodes de la fin, baston contre les lieutenants et sur 1 ou 2 épisodes, big boss et happy end.

Maintenant que tu en sais (presque) autant que moi, tu te dis que c’est de la merde et tu te demandes pourquoi j’aime ça.

C’est un mélange de sentiment sincère et complètement honteux à la fois.

J’aime énormément la sonorité de la langue japonaise (dont je ne comprends que très très peu de mots) et la façon dont ces séries sont surjouées, les acteurs respirent l’envie de bien (trop en) faire et c’est extrêmement communicatif, drôle et sans prise de tête.

De l’autre côté, j’aime beaucoup l’esthétique des sentais, le design des streums et je suis comme un gamin devant leur quête de puissance, les nouveaux robots toussa toussa et j’assume complètement ce truc honteusement régressif et kitsch.

Si vous avez envie de vous y mettre, on trouve très facilement ces séries.

Je vous conseille Hikounin Sentai AkibaRanger qui vient de commencer avec un pitch démoniaque : un jeune homme qui rêve de faire partie d’une ces troupes de super sentai, parfait pour comprendre les codes.

Autrement la dernière en date est Tokumei Sentai Go-Busters, c’est très classique et un peu plus « sérieux » donc (pour moi) moins agréable à regarder.

Et si vous voulez VRAIMENT découvrir le tokusatsu, la version la plus sympa du moment c’est Kamen Rider Fourze, complètement barrée.

sentai

2 Responses to “Super sentai, mon amour.”


  • Merci beaucoup pour l’intérêt que tu portes à mon blog, ça me va droit au cœur.
    Tu sembles t’y connaître en blogs, alors peut-être que tu peux éventuellement me donner des conseils afin d’être meilleur ? Y a du boulot hein ?
    Ravi d’avoir pu t’amuser, ou te désoler c’est selon.
    Bonne soirée… et sans rancune.
    Tout le monde le sait : la blogo est une grande famille.

  • Salut Dimitri !

    Tu sais, l’un des arts premiers des internets reste le troll :-)

    Me désoler ? HELL NO ! M’amuser oui, certainement.

    Je ne vais pas être redondant sur les conseils pour être meilleur, tu en as déjà eu de forts avisés sur d’autres blogs et je suis loin d’être le mieux placé pour ça.

    Mais effectivement donner un peu plus d’amour à ta bannière serait un plus !

    Un très bon point pour toi, tu es un excellent community manager de toi-même, tu fais un joli boulot de veille.

    Tu nous diras si tu as fait un pic d’audience hier ?

    Bonne journée.

Leave a Reply